Rechercher
  • La Nouvelle Montagne

Le projet de retenue collinaire de la Colombière sur le plateau de Beauregard


1. Sécuriser les ressources en eau de la Clusaz :

oui, dans le respect du moindre impact.

Le projet de retenue collinaire au cœur du plateau de Beauregard en Aravis, inscrit à l’inventaire Natura 2000, nous a alertés parce qu’il détruirait 8 hectares d’habitats naturels remarquables, impactant fortement faune, flore, tourbières, zones humides et paysages exceptionnels, Le dossier présente par ailleurs des risques non négligeables de rupture de digue inondant une partie du village et des habitations.


- 2. Des alternatives existent, moins coûteuses, moins risquées, et bienveillantes pour l’environnement.

- N’hésitons pas.

- Sécuriser l’accès à l’eau potable ? La Clusaz dispose de quatre retenues collinaires interconnectées. Chacune peut servir de réserve d’eau potable grâce à une mise aux normes sanitaires, à coût moindre et sans impact environnemental.

- Augmenter raisonnablement les réserves d’eau pour la neige artificielle dans un contexte de réchauffement climatique ? La retenue collinaire existante de l’Etale peut être agrandie, à coût moindre et faible impact environnemental.


- 3. Protégeons Beauregard
- Classification de Beauregard en Aravis comme espace remarquable d’utilité majeure.

- Protégeons Beauregard, notre montagne d’alpage ancrée dans la tradition pastorale, lieu de pratique touristique douce, refuge d’une faune et d’une flore exceptionnelle, et dont les paysages font la fierté de nos anciens et l’émerveillement de nos enfants.







148 vues0 commentaire